top of page

La gestion de nos émotions: le grand défi! (Partie 2)

Dernière mise à jour : 13 avr. 2022

Après avoir passé en revue les 4 émotions principales (peur, joie, tristesse, colère) et leur fonction, je vous propose maintenant de découvrir comment et pourquoi nous consacrons temps et énergie à tenter de les trafiquer. Je vous proposerai ensuite une liste de questions à se poser afin de ne pas céder à cette tentation et reprendre le contrôle, la gestion de nos émotions.


Comment trafiquons-nous nos émotions ?


Les émotions trafiquées

Pourquoi n’utilisons-nous pas nos émotions de manière fonctionnelle ?

Pourquoi n’utilisons-nous pas nos peurs pour nous protéger d’un danger et nos colères pour faire changer ce qui ne nous convient pas ?

Pourquoi, lors de pertes d’objets ou de personnes, ne nous autorisons-nous pas à reconnaître notre tristesse et encore moins à l’exprimer ?

Pourquoi, enfin, sommes-nous si réservés pour exprimer nos joies ?


SOMMAIRE

1. L'accumulation des émotions.

2. La réaction excessive.

3. La réaction faussée / la réaction manipulatrice.

4. Petite méthode pour gérer ses émotions:


Dans la première partie de ce blog, nous avons déjà donné quelques éléments de réponse : l’éducation, la culture, le manque de savoir et de savoir-faire. De plus, nous avons tendance à mélanger nos émotions. Nous risquons de nous bloquer, par exemple, dans la colère parce que nous ne voyons pas, qu’en dessous, se trouvent de la peur et de la tristesse.


Exemple : Une personne déprimée.

Elle ne sort pas de sa tristesse à propose de son divorce. Peut-être ne veut-elle pas ou ne peut-elle pas entrer en contact avec sa colère contre son ex-conjoint ou avec sa peur de vivre seule ? Quelle qu’en soit la raison, cette personne se bloque dans l’émotion tristesse en méconnaissant la présence de sa colère et de sa peur qu’elle ne gère pas. En conséquence, elle contrarie le processus de deuil.


Dans le même ordre d’idées, nous pouvons considérer l’anxiété, c’est-à-dire le blocage dans la peur, comme une défense contre le contact avec la colère, si celle-ci n’était pas admise dans notre milieu d’origine.


Le traitement d’un sentiment bloqué requiert la prise de conscience et aussi l’expression des trois autres sentiments. Donc, gérer nos émotions, c’est prendre conscience de nos blocages et de nos trafics d’émotions.

Pour ce faire, il nous faut connaître trois mécanismes que nous utilisons tout le temps :


1. L’accumulation des émotions ;

2. La réaction excessive ;

3. La réaction faussée/manipulatrice.


Passons en revue en détail ces trois mécanismes.


1. L’accumulation des émotions.

Chaque fois que nous prononçons des phrases du style : « J’en ai raz le bol ! », « Celui-là, il va me le payer ! », etc.….ATTENTION ! Nous sommes en train d’accumuler des émotions.

Sur le plan émotionnel, cela peut donner une accumulation pendant des mois :

- avec tel collaborateur à je le licencie ;

- avec mon conjoint à je divorce.


Sur le plan émotionnel, les effets de l’accumulation peuvent aussi entraîner:

- le meurtre ;

- le suicide ;

- la folie ;

- la somatisation grave (infarctus, cancer,…).


Une bonne gestion des émotions consiste à ne pas charger, ne pas accumuler, car un tel processus peut devenir très dangereux.