top of page

Développer son quotient relationnel par la communication.

Dernière mise à jour : 27 juil. 2022

Etre en relation, c’est être en lien, c’est accepter de mettre entre soi et l’autre une ligne de communication, comme un fil téléphonique, qui sert au tenants et aboutissants de ce lien pour échanger. Je vous propose ici de réfléchir ensemble à la façon dont vous abordez vos échanges quotidiens avec les autres et aux possibilités que vous avez d'améliorer votre quotient d'intelligence relationnelle.


“Le QR est lié à la capacité plus ou moins grande chez une personne à proposer pour elle-même et pour autrui, des relations qui participent activement à sa croissance et à son épanouissement“.

Jacques Salomé


SOMMAIRE

1. Communication et espace relationnel.

2. Communication et malentendus.

3. Communication et jugements négatifs.

4. Cinq règles pour une bonne communication.


Communication et espace relationnel.


L’espace relationnel qui existe entre deux personnes qui veulent communiquer est composé d’une zone d’accords, d’une zone de désaccords, mais aussi d’une zone de non-dits et de malentendus.


Communiquer consiste à échanger, s’exprimer, écouter, entendre…, de manière à clarifier quels sont les points d’accords, et de désaccords, et ainsi réduire le plus possible la zone de malentendus.


Dans la relation entre deux personnes, la seule zone véritablement problématique est la zone des malentendus, des non-dits.

Quand deux personnes sont clairement conscientes de leurs désaccords, elles peuvent négocier pour arriver à une situation satisfaisante pour chacune, alors que les malentendus et les non-dits sont une source inépuisable de tensions et de conflits.


Quotient d'Intelligence Relationnelle

Communication et malentendus.


Entretenir des relations saines consiste à lever immédiatement tout risque de malentendus. C’est, par exemple, savoir accuser réception de ce que l’interlocuteur dit. C’est faire la différence entre entendre, comprendre ce que l’autre dit et être d’accord : « J’entends qu’au travers de mes propos, tu t’es senti(e) accusé(e). » C’est entendre le vécu de l’autre sans être d’accord avec ce qu’il dit. Il est question de s’affirmer, d’être soi de manière authentique.

On nous a appris à parler, on ne nous a pas appris à communiquer, c'est-à-dire à mettre en commun. Nous pouvons apprendre à :

- Dire ce qui va bien : c’est être positif, gratifiant, encourageant. Les signes de reconnaissance positifs permettent de construire la relation. Ils fondent de manière autonome ce qui fait que 2 personnes s’apprécient.

- Dire ce qui ne nous convient pas : c’est exprimer ce qui est négatif, frustrant, blessant, afin que cela ne détériore pas la relation.

- Dire ce qui ne va pas : c’est dénoncer un fait sans porter un jugement de valeur sur la personne, justement pour nettoyer et sauvegarder la relation.

Exemple : « Je n’ai pas apprécié ton retard d’une ½ heure à notre rendez-vous. J’ai besoin de partager ce sentiment afin de ne pas être dans le faux semblant à ton égard et de ne pas risquer de cultiver du ressentiment. »


Communication et jugements négatifs.


Communiquer, c’est encore refuser les jugements négatifs inconditionnels sur soi, c’est repousser les allusions blessantes sur sa personne, c’est protéger l’estime de soi en posant des limites.

Exemple : « Je n’accepte pas le jugement que tu portes sur moi. Non, je ne me moque pas de mon travail, ni de mes clients. Dis-moi plutôt ce que, selon toi, j’ai fait d’inconvenant. »


Ainsi, pour rester saine et vivante, nos relations ont besoin d’être entretenues de signes de reconnaissance constructifs car:

- L'expression de ce qui est positif nourrit la relation.

- L’expression de ce qui est négatif la nettoie, la vide progressiment.


5 règles pour une bonne communication.


Pour éviter de rentrer dans des rôles négatifs, la bonne communication passe par des relations vivantes et saines.

Elle repose sur 5 règles d’hygiène :

1) La responsabilisation, qui permet de conserver toute son autonomie. Chacun est habilité pour soi à répondre à ce qui lui arrive.

2) La confirmation, pour accuser réception de ce que l’autre dit, sans nécessairement le cautionner.

3) L’affirmation, qui suppose l’utilisation du pronom « Je » pour rendre ferme son opinion.

4) La confrontation, pour dire ce qui ne va pas à partir d’une position positive, pour ne pas risquer d’aller dans l’affrontement.

5) Le respect mutuel, c’est la condition, la base, pour que se crée et se développe un lien sain et des relations équitables.



Capacité à rencontrer l'autre et l'intelligence relationnelle
Cultiver son intelligence relationnelle

Ce sont nos différences qui nous enrichissent, dans un couple, comme partout ailleurs dans la vie.

Apprendre à rencontrer l’autre, même et surtout s’il est différent, est une source de croissance et d’évolution.


« Ne vouloir faire société qu’avec ceux qu’on approuve en tout, c’est chimérique et c’est le fanatisme même. »

Albert Jacquard




Si vous aimez mes articles, n'hésitez pas à liker

ou partager mes publications.






Posts récents

Voir tout
Quaedvlieg Daniel

Daniel QUAEDVLIEG

Thérapeute - Thérapeute de Couple - Coach Personnel

Newsletter - Ne manquez aucune nouvelle information en vous abonnant à la Newsletter et recevez un bon de réduction de 15€ sur votre prochain rendez-vous.
bottom of page