top of page

La dépendance affective dans le couple: reconnaître les signes.

Dernière mise à jour : 12 nov.

La dépendance affective dans le couple peut être définie comme un besoin excessif de l'autre dans une relation amoureuse. Si vous pensez être en situation de dépendance affective, il est important de reconnaître les signes et de chercher de l'aide pour en sortir. Faites le test pour savoir si vous êtes dépendant affectif et lisez cet article: je vous y explique comment identifier la dépendance affective et quelques actions à mettre en place pour en sortir.



Le terme de dépendance affective est utilisé pour décrire une recherche désespérée d'attention, de valorisation et d'affection. Elle peut être particulièrement préjudiciable dans les relations entre conjoints, quand l'un des deux cherche constamment à trouver sa valeur et le sens de sa vie à travers l’approbation, l’attention ou le regard de son partenaire.


SOMMAIRE

1. Quels sont les symptômes de la dépendance affective?

2. Quelles sont les conséquences de la dépendance affective ?

3. Comment sortir de la dépendance affective?


Être dépendant affectif c’est vouloir inconsciemment trouver sa propre valeur à travers le regard de quelqu’un d’autre. Dans le couple, c’est donc par celui de son partenaire. La dépendance affective est un état psychologique difficilement admis par la personne qui en souffre. C’est une forme de mépris de sa propre valeur intérieure. La personne se perçoit constamment et uniquement par le biais de l’autre, ce qui rend difficile la construction de son identité et d’une relation saine. En couple, elle cherche l’approbation de son partenaire pour tout et souffre d’un complexe d’infériorité et d’un manque de confiance en soi. Ainsi, le dépendant affectif ne parvient pas à « exister » et à « vivre » sans la présence de l’autre à ses côtés, sauf à entraîner une détresse psychique particulièrement importante.


Le dépendant affectif ne cesse de rechercher le bonheur à l’extérieur de soi, ce qui induit qu’il ne peut jamais être pleinement heureux. Comme le suggère Erich Fromm, psychanalyste: "Aimer une personne parce qu’on a besoin d’elle, ce n’est pas l’aimer, c’est vouloir rester près d’elle car, en son absence, on ne parvient pas à gérer les choses. Aimer une personne parce qu’on a besoin d’elle, c’est finalement une forme de manipulation inconsciente qui nous pousse à aimer quelqu’un afin qu’il réponde à nos attentes et comble notre vide intérieur." Dans une situation de dépendance affective, ce n’est donc pas le désir qui prime mais bien le besoin de l’autre pour remplir un vide intérieur et combler une insécurité interne. Or on ne peut satisfaire ce type de besoin intimement personnel à travers l’attente de reconnaissance de l’autre.


La dépendance affective devient pathologique à partir du moment où elle génère de la souffrance et que cela entrave le bien être individuel ou du couple.


La co-dépendance affective dans le couple

La dépendance affective dans le couple : quelques symptômes.


1/ Le dépendant affectif est terrorisée à l’idée d’être seul.

C’est le signe le plus parlant de la dépendance affective. Le dépendant affectif a une peur phobique de la solitude. Au lieu de voir la solitude comme quelque chose de potentiellement bénéfique, il va se sentir terriblement mal. Ainsi, il ne parvient pas à apprécier le temps seul avec lui-même et ce, avant même d’avoir rencontré quelqu’un et d’être en couple. La personne dépendante affective s’ennuie chez elle quand elle est seule, cherche à voir des gens, à trouver l’âme-soeur. Seule, elle ne parviendra pas à être créative, ne prendra pas de plaisir à prendre soi d'elle, pensera sans arrêt à son(sa) conjoint(e)…Seule, elle se sent très mal à l’aise et impuissante face à bien des situations. C’est pourquoi bien souvent, les personnes dépendantes affectives cherchent par tous les moyens à se mettre en couple et préfèrent, malgré elles, être mal accompagnées que seules, afin de combler leur vide intérieur et leur sentiment d'insécurité. Dans des situations extrêmes, proches de l'addiction, le dépendant affectif ressent même un besoin impérieux d’être avec l’autre et la sensation de manque quand il s’en éloigne. Bien souvent alors, il attirera à lui soit un pervers narcissique, soit un conjoint dépendant affectif comme lui. Ensemble, ils seront alors dans une relation dite de "co-dépendance affective" .


A contrario, une personne qui ne souffre pas de dépendance affective ne ressentira pas ce besoin d’avoir à tout prix un partenaire. Evidemment, cela ne veut en aucun cas dire qu’elle ne souhaite pas rencontrer quelqu’un et partager sa vie avec lui/elle, cela signifie qu’elle apprécie sa liberté, qu’elle est capable de vivre seule, qu’elle est en harmonie avec elle-même et qu’elle est ouverte à des opportunités de rencontres.

On pourrait dire que la vraie différence entre les deux réside dans le fait que la personne dépendante affective a BESOIN de trouver quelqu’un pour son bonheur alors que l’autre sera HEUREUSE de trouver quelqu’un pour ajouter un degré supplémentaire à son bonheur.


2/ Le dépendant affectif ne s'aime pas et n’a pas confiance en soi et en l'autre.

Le dépendant affectif n'a aucune confiance en lui et pense ne pas mériter l’amour qui lui est donné. Le manque de confiance en lui fait également qu'il ne peut pas non plus avoir confiance en l’autre. Il éprouve le besoin d’avoir accès à ses mots de passe, à savoir ce que l’autre est en train de faire, avec qui il est, pourquoi il n'appelle pas… Bref, il est tout le temps en train de surveiller l'autre, toujours par peur d’être abandonné ou rejeté.


3/ Le dépendant affectif attire les pervers narcissiques.

Le dépendant affectif, proie du pervers narcissique

Le dépendant affectif se révèle une proie idéale pour les pervers narcissiques ! Se croyant indigne d’être aimé(e), il préfére souvent rester avec une personne nocive et toxique pour laquelle il croit éprouver de l’amour malgré ses comportements inacceptables ! Dans l’idéalisation du partenaire et dans l’angoisse permanente d’être abandonné par son conjoint, le dépendant affectif est dans la négation de lui même, en devenant sourd à ses propres désirs.

Ainsi, le dépendant affectif accepte du pervers narcissique les mots violents, les ordres aberrants, de ne plus porter tel ou tel vêtement et souvent bien davantage encore... On peut observer chez lui une attitude sacrificielle qui peut aller jusqu'à l'abandon d’un emploi, de sa famille, de ses amis et/ou de ses activités.

Le dépendant affectif est incapable de s’auto-juger objectivement. Persuadée d'être nul et inutile, la personne dépendante affective n'arrive pas à se plaire à elle-même et le fait qu’une autre personne, aussi mauvaise soit-elle, lui accorde un tant soit peu d’importance, la rassure.


4/ Le dépendant affectif a souvent recours à la manipulation et au chantage affectif.

La personne en situation de dépendance affective cherche par tous les moyens à plaire à son conjoint. D’une certaine manière, en acquiesçant systématiquement face à l'autre, en assouvissant ses attentes et en répondant toujours positivement à ses demandes, elle le manipule, même si elle le fait de façon totalement inconsciente.

De même, la personne dépendante affective a souvent recours au chantage affectif.

Exemple: "Si tu vas en boite de nuit ce soir, je te quitte".

N’ayant pas d’arguments valides, le dépendant affectif, qui est la plupart du temps possessif et atrocement jaloux, usera des moyens affectifs pour que l’autre se soumette à ses décisions.


5/ Le dépendant affectif a un besoin maladif d’être complimenté et valorisé.

Le dépendant affectif a ainsi besoin d'être sans cesse complimenté et valorisé pour se rassurer sur sa valeur aux yeux de l'autre.

Exemple de question à répétition, le traditionnel "Tu m’aimes ?" énoncé de multiples fois sur la journée.

Ce sont des questions redondantes de ce type qu’utilise le dépendant affectif afin de se rassurer sur l’amour que lui porte son partenaire. Ces questions sont bien souvent très agaçantes, voire culpabilisantes pour l’autre qui se voit fatigué de toujours devoir rassurer son conjoint.

Exemple culpabilisant: "Je te demande si tu m’aimes parce que tu ne me le dis pas assez souvent à mon goût."


6/ Le dépendant affectif n’exprime pas ses besoins et se positionne en victime.

Le dépendant affectif n'ose pas exprimer sincèrement ses besoins par peur qu’ils aillent à l’encontre de ceux de son conjoint et que, par conséquence, ce dernier le délaisse. La personne en situation de dépendance affective se place donc dans la position de victime sans s'en rendre compte, avec toujours, cette sensation d’être délaissée à la moindre occasion.

Dans le livre « Vaincre la dépendance affective » de Sylvie Tenenbaum, que je vous conseille, l’auteure explique : « Si les dépendants affectifs problématiques se montrent extrêmement attentifs aux autres, ils demeurent le plus souvent sourds à leurs propres désirs et souhaits. Ce sont ceux des autres qu’ils savent écouter, pas les leurs, ces derniers ayant été depuis fort longtemps refoulés. C’est aux autres qu’ils cherchent à plaire en obéissant à des diktats qu’ils se sont imposés (fortement aidés en cela par leur éducation) : Ainsi il agissent comme ils pensent devoir agir et non comme ils ont envie de le faire. L’essentiel étant de maintenir l’image qu’ils veulent donner aux autres, celle d’une personne altruiste, gentille, généreuse, dévouée, compatissante et tellement disponible ! Mais derrière cette image, leurs besoins et envies sont étouffés, emprisonnés dans un carcan – de peur de déplaire à ces autres qui, seuls, les rassurent jour après jour et leur donnent l’impression d’exister. »



Si vous vous reconnaissez dans plusieurs de ces comportements ou façon d’être alors vous êtes une personne en situation de dépendance affective par rapport à votre conjoint. Et plus vous vous reconnaîtrez dans ces « symptômes », plus vous êtes à un degré élevé de dépendance affective. Vous pouvez également faire le test suivant pour évaluer votre niveau de dépendance affective:



La dépendance affective amoureuse

Quelles sont les conséquences de la dépendance affective ?

Les dépendants affectifs vont, sans le vouloir et sans s’en rendre compte, passer du statut de « soumis » à « dominant » et vice versa.



Le comportement de soumission et ses manifestations dans le couple:

  • Le dépendant affectif s'efface constamment devant l’autre, n’osant émettre le moindre jugement qui ne suivrait pas le sien.

  • Il se laisse manipuler et contrôler comme un enfant.

  • Il se laisse malmener sans arriver à se persuader que la situation qu'il vit est anormale.

  • Il attend avec angoisses que l’autre revienne.

  • Il ne sait pas dire non: tout ce que l’autre entreprend est fondé à ses yeux…

  • Il se laisse critiquer, rabaisser par l'autre, parfois même publiquement.

  • Il se laisse marcher dessus sans jamais hausser le ton.


Le comportement de domination et ses manifestations dans le couple:

  • La personne en situation de dépendance affective veut tout connaître de son conjoint : sa vie passée, son présent dans sa globalité, ses envies futures.

  • Elle fait en sorte que l'autre n’existe qu’à travers elle, qu’il ne puisse plus se détacher de sa personne.

  • Elle couvre son conjoint de cadeaux, de tendresse, d’affection, d’attentions, jusqu’à l’étouffer.

  • Elle ne peut admettre que l'autre ait « sa vie à lui ». Elle ne tolère pas que son conjoint ait ses amis, ses loisirs, sa façon de penser, sa vision du monde.

  • Elle veut, elle exige, qu’il partage toute ses valeurs, en faire en quelque sorte un clone d'elle-même.

  • Elle fait de l’autre son objet, se permettant à son égard des actes ou des mots blessants, humiliants, inacceptables.

Si dépendance amoureuse il y a, le dépendant affectif sera en alternance soit soumis, oubliant ses valeurs, ses goûts, ses envies au profit de celles de l'autre… Soit dominant, devenant totalement intrusif, ne supportant pas que l’autre puisse être heureux sans lui.


Soumis(es) ou manipulateurs(trices), dans les deux cas, cela permet de mieux manipuler l’autre pour le rendre dépendant.


Les conséquences dans et pour le couple:

Hélène Roubeix, psychothérapeute explique que « la dépendance amoureuse est basée sur l’utilisation inconsciente de l’autre comme d’un objet pour combler ses propres manques et répondre à ses propres attentes ». La dépendance affective peut finalement se comparer à d’autres formes de dépendance, comme celle provoquée par les drogues: alcool, cannabis et autres substances illicites, cigarettes… Mais peut aussi s’assimiler à la dépendance au sport, à la nourriture, au jeu, à l’ordinateur, au téléphone… Bref, on ne peut plus se passer d'une personne et lorsqu’elle part, c’est la crise de manque assurée.


Ainsi, il ne s’agit pas d’amour à proprement parler, mais d'une sorte d’obsession où le dépendant affectif idéalise l’autre. Ce dernier est alors considéré comme l’idéal, celui dont on a toujours rêvé, le seul partenaire qui en vaut la peine parmi tous les êtres humains. Le dépendant affectif éprouve alors un besoin de possession énorme envers la personne désirée. Cette volonté de possession empêche l’évolution saine du couple et entrave toute construction possible d’un avenir stable.

Attention, dans ce schéma, la personne en situation de dépendance affective est persuadée d’être folle amoureuse, qu’il s’agit bel et bien d’amour. Mais cela n’est qu’illusion.

Ces comportements sont très fréquents lors des premières relations, lorsqu’on commence à découvrir l’amour et qu’on s’y accroche comme un bigorneau à son rocher. Ils deviennent plus compliqués et plus gênants lorsqu’ils interviennent dans des relations censées être « matures ».

N’oubliez pas: « La passion est une obsession positive. L’obsession est une passion négative. » Paul Carvel



Sortir de la dépendance affective

Comment sortir de la dépendance affective?

Nous l'avons vu, la dépendance affective peut se définir par le sentiment d’insécurité et le besoin de se sentir rassurée par son conjoint ! Cela provient d’un grand manque de confiance en soi et d’une difficulté à être heureux seul… C’est un état d’esprit qui peut nuire à votre couple et à vous-même, donc soyez vigilants… et ne ménagez pas vos efforts pour sortir de cette situation et remettre votre couple sur les rails.


Pour vous en sortir, arrêtez avant tout de voir votre conjoint comme un moyen de combler l’absence et votre manque de confiance en vous. Votre conjoint ne partage pas une relation avec vous s’il ne s’agit que de combler un vide ! L’envie de vous retrouver ne doit pas devenir synonyme de besoin ! Comme toutes les dépendances qui existent, vous devez trouver un moyen de soigner celle-ci ! Voici quelques moyens pour vaincre votre dépendance et être de nouveau heureux(se) et serein(e) dans votre relation de couple !


Reconnaître et accepter.

La première étape consiste à accepter, à reconnaître cette dépendance affective. Ne soyez pas dans le déni et regardez la réalité en face pour éradiquer cette dépendance au plus vite.


Analyser son vécu.

Essayez de comprendre d’où vient cette dépendance en instrospectant votre passé… Souvent, on peut constater que la dépendance affective vient de l’enfance et d’un sentiment d’avoir été en carence d’amour, souvent caractérisé par un sentiment d’abandon. Qu’il soit physique ou émotionnel (par exemple: un père absent, dépressif, ou une mère non maternelle), le sentiment d’abandon enchaîne la personne et la fait souffrir car elle met en lumière la carence d’amour qu’elle a ressenti étant enfant. Renouez les liens avec votre passé et essayez de dénicher dans votre propre inconscient ce manque ou plutôt la manière dont vous percevez celui-ci.


Apprendre à s'aimer et reprendre confiance en soi.

L' étape suivante consiste à apprendre à vous aimer ! Le grand problème des dépendants affectifs est qu’ils ont du mal à s’aimer ! Or, c’est en se respectant soi-même, en reprenant confiance en soi que l'on peut sortir de la dépendance affective.

Regardez vos qualités et ce qui vous caractérise. Si vous avez de la difficulté, demandez à vos proches quelle est votre plus grande qualité. Cela vous aidera peut-être à prendre de la distance et à vous redécouvrir d’une nouvelle façon !


Voir ses proches et faire des activités.

Passez plus de temps avec vos proches et vos amis. Ne coupez surtout pas le lien social qui vous unit avec ces personnes et sortez au moins une fois par semaine avec elles. Cela vous permettra de ne plus avoir votre attention portée vers votre tristesse et votre peur d’être seul(e).

Inscrivez-vous dans un cours de théâtre, de peinture, de danse ou de musique ! Une activité vous permettra d’avoir un moment dans la semaine où vous pourrez vous recentrer sur vous-même et dans laquelle vous pourrez vous épanouir sans votre conjoint !


Profiter d’être SEUL(E) et apprendre à vivre pour soi.

Passez du temps seul(e) ! Et vivez l’instant présent ! Mettez votre attention dans chaque chose que vous faites. Cela vous aidera à oublier le reste !

Vivre en aimant et en étant aimé en retour, c’est bien, mais vivre en harmonie avec soi-même, c’est encore plus sain. On ne peut entretenir une relation saine avec l’autre si on ne se sent pas bien dans sa peau. Il faut apprendre à profiter de la vie, même lorsque l’on est seul.


Lorsque vous serez sorti(e) de votre dépendance affective, vous ressentirez une grande délivrance et un profond bien être ! Cultivez-le et surtout, ne le laissez jamais s’éteindre ! Votre couple en ressortira plus heureux et vous en ressortirez libre !


Si après plusieurs mois vous n’arrivez pas à sortir de la dépendance affective, il est alors vivement conseillé de voir un psychologue ou un thérapeute, voire un thérapeute de couple pour qu’il vous accompagne de manière plus personnelle et plus dédiée en fonction de votre histoire et de votre personnalité, comme de celles de votre couple. Une conversation avec un professionnel vous aidera à vaincre plus rapidement et facilement votre dépendance affective.

VIVACITÉ - Lifestyle

Comprendre et se libérer de la dépendance affective et émotionnelle dans le couple

La vie du bon côté


La dépendance affective n'est pas une fatalité, mais il faut tout d'abord en prendre conscience. C'est dans le cadre de cette prise de conscience qu'une thérapie est conseillée pour aider à s'aimer soi-même avant de pouvoir aimer quelqu'un d'autre sainement. En thérapie dans le cadre d'une dépendance affective, je peux également vous proposer de travailler sur le sentiment de solitude et les émotions qu'elle déclenche en vous avec quelques exercices à réaliser. Nous pouvons aussi mettre en évidence vos propres centres d'intérêt et chercher ensemble comment les développer, comment créer des moments réservés à vous-même, travailler à l'affirmation de soi, etc

Si vous vous reconnaissez dans cette problématique qu'est la dépendance affective dans le couple, n'hésitez pas à me contacter. Vous pouvez également consulter la page de mon site plus spécifiquement consacrée à la thérapie dans le cadre de la dépendance affective.



Si vous aimez mes articles, n'hésitez pas à liker

ou partager mes publications.

519 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Quaedvlieg Daniel

Daniel QUAEDVLIEG

Thérapeute - Thérapeute de Couple - Coach Personnel

Newsletter - Ne manquez aucune nouvelle information en vous abonnant à la Newsletter et recevez un bon de réduction de 15€ sur votre prochain rendez-vous.
bottom of page